Un manuscrit de livre de prières magnifique pour un propriétaire unique

Le manuscrit des Très Riches Heures du duc de Berry est un livre de prières si remarquablement illustré dans l’histoire des calendriers qu’il en devint le plus célèbre du Moyen-Âge. Malheureusement, son propriétaire ne le vit jamais achevé.

Un calendrier remarquablement enluminé : les Très Riches Heures du duc de Berry

Un livre d’heures est un livre de prières destiné aux fidèles catholiques laïcs permettant de suivre la liturgie tout au long de l’année aux différentes heures de la journée. Le livre d’heures comprend un calendrier, mais aussi les évangiles, des psaumes ainsi que des offices particuliers. Les Très Riches Heures du duc de Berry, datant du XVe siècle, appartiennent donc aux manuscrits les plus couramment enluminés au Moyen-Âge, même si elles se différencient par la richesse et la qualité de leurs décorations. Conçu par les frères de Limbourg à partir de 1410 pour le frère du roi Charles V, le manuscrit comporte 206 feuillets à la fin de sa réalisation en 1485. Les enlumineurs et le propriétaire initial étant morts en 1416, d’autres peintres poursuivirent ce travail, notamment Barthélémy d’Eyck et Jean Colombe. Ce sont les miniatures du calendrier, notamment les douze illustrations des mois de l’année qui ont rendu ce livre de prières célèbre, car pour la première fois, elles occupent chacune une pleine

calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry

Le duc de Berry, un commanditaire féru d’astronomie et d’astrologie

Outre cette particularité, c’est la précision des données astronomiques qui lui confère sa célébrité. C’est que le duc portait un intérêt particulier à l’observation des astres. On y retrouve bien évidemment le nombre de jours dans le mois solaire et lunaire, le jour et le saint qui y est rattaché, et la durée du jour en heures et minutes. Mais on y trouve également les signes zodiacaux correspondant au mois en cours, associés à des informations astronomiques détaillées. Plus encore, le calendrier suit la proposition de réforme proposée par Pierre d’Ailly utilisant le nouveau nombre d’or pour calculer les dates des nouvelles et pleines lunes, bien avant l’adoption du calendrier grégorien.

Une histoire de manuscrit qui s’écrit bien au-delà de son propriétaire

Beaucoup d’énigmes existent autour de ce livre des heures : certains historiens de l’art émettent des réserves quant à l’attribution des travaux d’enluminure réalisés après la mort des frères de Limbourg, et le parcours de celui-ci, après 1485, reste obscur et tumultueux. Aujourd’hui, le livre des Très Riches Heures du duc de Berry s’admire au musée Condé, légué par son dernier propriétaire, Henri d’Orléans, duc d’Aumale en 1897.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Calendrier PTT : Postes, Télégraphes Téléphones

Du calendrier julien au calendrier grégorien en 1582

Années bissextiles dans la chronologie contemporaine

Nouveau millénaire : anecdotes du passage à l’an 1000 et 2000