Les principales célébrations judaïques de l’année

Le calendrier compte de nombreuses fêtes célèbres. Les principales fêtes juives se déroulent tout au long de l’année. Les dates de ces célébrations judaïques varient cependant au fil des ans, par le passage du calendrier hébreu au calendrier grégorien.

judaisme

Le calendrier hébreu

Le calendrier hébreu ne suit pas le calendrier grégorien actuellement utilisé. Luni-solaire, il est découpé en mois suivant le cycle de la Lune, l’ensemble réuni sur l’année solaire. Le cycle de la Lune étant plus court de onze jours que le cycle du Soleil, un mois supplémentaire est ajouté certaines années. De ce fait, les dates des différentes fêtes juives, dépendantes du calendrier hébreu, varient d’une année sur l’autre sur le calendrier grégorien. Une année classique comprend les mois de tishri, hechvan, kislev, tevet, shvat, adar, nissan, iyar, sivan, tamouz, al et eloul.

Quelques célèbres fêtes juives

La religion juive, comme tant d’autres, compte de nombreuses célébrations tout au long de l’année. Parmi celles-ci, sont particulièrement célébrés :

Pessa’h, l’une des traditionnelles fêtes juives du printemps

Pessa’h, ou Pâque au singulier, est l’une des principales fêtes juives. Elle est célébrée le 14 nissan du calendrier juif, c’est-à-dire au mois de mars ou d’avril du calendrier grégorien. Elle commémore, durant huit jours, la libération du peuple hébreu de l’esclavagisme par les pharaons égyptiens ainsi que le début de l’Exode. Elle commence par le Seder, un repas traditionnel, et par la lecture de la Haggada. L’utilisation du terme Pâque sans s permet de la distinguer des Pâques chrétiennes symbolisant la résurrection de Jésus Christ.

Rosh Hachana, l’une des fêtes juives incontournables du calendrier hébreu

Le premier jour du mois de tishri marque Rosh Hachana, le nouvel an du calendrier hébreu. Ce dernier, luni-solaire, se distingue du calendrier grégorien, en étant plus court de onze jours. De ce fait, la date de ce Nouvel An varie selon les années, célébré en septembre ou au mois d’octobre. Symbole de la création du monde, Rosh Hachana comprend divers rituels : souffler dans une corne de bélier, le shofar, tremper des pommes dans le miel, jeter ses pêchés dans une source d’eau, etc. Ce nouvel an marque le début des dix jours de pénitence précédant Yom Kippour, le Grand Pardon.

Hanouka, l’une des principales fêtes juives de la fin d’année

Au cœur de l’hiver, en novembre ou en décembre selon les années, Hanouka permet de célébrer la victoire militaire des Maccabées sur les troupes gréco-syriennes interdisant la pratique de la religion juive. Bien qu’aux environs des mêmes dates, elle se distingue donc totalement du Noël chrétien. Au cours des huit jours que durent les festivités, les bougies des huit branches de la hanoukkia sont progressivement allumées avec la neuvième de ce candélabre. En tant que célébration rabbinique, non-inscrite dans la Tora, Hanouka ne fait cependant pas l’unanimité parmi les juifs.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Fêtes musulmanes : un calendrier défini en fonction de l’hégire

Fêtes chrétiennes, catholiques, protestantes et orthodoxes

Fêtes civiles : événements multiples et variés dans le calendrier