Comment Jules César et le pape Grégoire XIII ont réalisé ces réajustements

Une des premières préoccupations de l’homme a été d’établir des calendriers pour prévoir le retour des saisons. Mais l’histoire des calendriers, du julien au grégorien, nous montre que plusieurs réajustements ont été nécessaires au fil du temps : le rattrapage des jours de Jules César, puis de Grégoire XIII.

calendrier julien grégorien

Source : commons.wikimedia.org  - Autheur : Asmedemon

La réforme de Jules César à l’origine du calendrier julien

Les « calendae » désignaient, en latin, le premier jour du mois chez les Romains. Ce jour-là, les prêtres de la religion romaine annonçaient les dates des jours fériés (de « calare », qui signifie « appeler ») et le peuple réglait ses dettes. Par extension, le « calendarium » ou « calendrier » désignera donc également le livre de comptes utilisé à cet effet, puis la mesure du temps elle-même. Le calendrier romain comptait 355 jours pour 10 mois, et débutait en mars. Mais celui-ci ne correspondait pas à la réalité des saisons. C’est pourquoi Jules César, en 45 av. J.-C. en fit une réforme pour instituer un calendrier fondé sur la révolution apparente du soleil. Il impose donc le calendrier julien, comportant le principe de l’année bissextile de 366 jours tous les quatre ans et le début de l’année le 1er janvier. Le monde chrétien y restera fidèle jusqu’au XVIe siècle, décomptant les années à partir de la naissance du Christ. 

1582, le calendrier grégorien : un rattrapage indispensable du retard accumulé

Malgré l’instauration des années bissextiles, un retard s’accumule dans le décompte des jours au point d’atteindre 10 jours en 1582. En effet, les astronomes constatent que l’année calendaire et l’année solaire diffèrent de 11 minutes et 14 secondes. Le pape Grégoire XIII décide donc une seconde réforme, appelée calendrier grégorien. Le principe des années bissextiles subsiste, sauf pour les années séculaires (au compte rond comme 1900), mais est maintenu pour les années multiples de 400 (1600 et 2000). Ce système résorbe ainsi la différence de trois jours qui apparaissait tous les 400 ans. Grégoire XIII choisit de rattraper le retard de dix jours en une seule nuit : le monde chrétien passa donc du jeudi 4 octobre 1582 au vendredi 15 octobre 1582.

 Le réajustement calendaire de Grégoire XIII adopté progressivement

Si le pape Grégoire a naturellement autorité sur les territoires chrétiens, cette réforme n’a pas été adoptée partout d’emblée. En France, pourtant fille de Rome, Henri II ne se conforme à ce rattrapage qu’en décembre 1582, passant du 9 au 20. D’autres pays d’Europe, notamment protestants, finiront par s’y conformer plus tardivement. Le calendrier grégorien est aujourd’hui la référence universelle, à quelques exceptions près.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Calendrier PTT : Postes, Télégraphes Téléphones

Histoire du calendrier des Très Riches Heures du duc de Berry

Années bissextiles dans la chronologie contemporaine

Nouveau millénaire : anecdotes du passage à l’an 1000 et 2000