Le temps : une affaire de traditions ancestrales et de mesure universelle

Le calendrier grégorien s’est peu à peu imposé dans la plupart des pays du monde comme une référence universelle. Seuls quelques pays refusent encore son autorité. Mais le temps, s’il n’épargne personne, se mesure selon des critères propres aux différentes cultures et religions, faisant parfois cohabiter traditions ancestrales et mondialisation. Alors, voyons si, cette année, le soleil a rendez- vous avec la lune…

monde

Le tour de force des calendriers ?

Ajuster cycle solaire et lunaison Qu’est-ce qu’un calendrier, sinon un simple objet du quotidien, repère du temps qui passe ? Justement, rien de facile dans l’élaboration d’un calendrier. Si l’observation des cycles naturels, et notamment astronomiques, a jeté les bases de tout décompte du temps, c’est le choix du cycle même qui est lié aux traditions de chaque culture. Si le jour est un repère universellement admis, car fondé sur l’alternance jour/nuit, il n’en va pas de même pour les notions de semaine, de mois et d’année. Le recours à l’unité de mois, inspiré de la lunaison, aurait pu faire l’unanimité, mais diverge d’une culture à l’autre. Pour les calendriers lunaires, comme le calendrier musulman ou thaï, le mois correspond à 29 ou 30 jours. Alors que le calendrier solaire grégorien, adopté par presque tous les pays du monde, le fait varier de 28 à 31 jours. C’est que mathématiquement cycles lunaire et solaire ne peuvent s’ajuster, l’année solaire ne correspondant même pas à un nombre entier de jours, mais à 365 jours, 6 heures et 49 minutes. Reste le calendrier lunisolaire, véritable tentative de synthèse, élaboré par l’astronome grec Méton. On retrouve ce principe dans le calendrier hébreu pour déterminer les fêtes religieuses juives, ou encore le calendrier chinois, pour définir la date du Nouvel An ou les signes du zodiaque.

 Année zéro des calendriers ?

Un choix politique et religieux Si l’observation des cycles naturels, repères tangibles, n’a pas permis d’uniformiser le recours à un calendrier, que dire du décompte des années ? Quel événement, politique, religieux, naturel invoquer pour établir la date « zéro » ? Chaque société a donc déterminé la date de ce qui a contribué à sa fondation. Les calendriers chrétiens ont choisi la naissance de Jésus-Christ, même si catholiques et orthodoxes ne se réfèrent pas au même calendrier. Les premiers ont adopté la réforme du calendrier grégorien, alors que les seconds suivent toujours le calendrier julien. Le calendrier musulman s’en remet à l’Hégire, départ de l’Islam, alors que le calendrier hébreu prend la création du monde comme point de départ. Le Tibet, lui, reconnaît trois calendriers différents, chacun débutant à partir d’un autre événement majeur de son histoire. Pour beaucoup d’hommes et de femmes dans le monde, les calendriers traditionnels constituent les points de repère essentiels à leur vie spirituelle ou culturelle, tout en coexistant avec le calendrier grégorien.

Les calendriers solaires

Affiné au cours du temps grâce à une observation et une connaissance astronomique de plus en plus fines, le calendrier solaire est celui qui s’est imposé comme référence dans le monde entier par l’intermédiaire du calendrier grégorien.

Les calendriers lunaires, (marées)

Sans doute décompte du temps le plus ancien, le calendrier lunaire s’appuie sur l’observation des différentes phases de la lune. Très répandu durant l’Antiquité, il a peu à peu été concurrencé par les calendriers solaires.

Calendrier luni-solaire

Pour ajuster cycles du soleil et de la lune, jours ou mois supplémentaires sont obligatoirement ajoutés dans le décompte annuel. Ainsi, le calendrier lunisolaire comporte le plus souvent un treizième mois tous les trois ans pour rattraper le rythme des saisons.

Les calendriers de l’astrologie : les Zodiaques français et chinois

Si l’observation des astres, notamment la lune et le soleil, a permis de mieux appréhender le temps et de le mesurer, l’homme a également cherché à lire dans le ciel passé et avenir. L’art de décrypter la course des étoiles s’appuie sur la définition des signes du zodiaque.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Le calendrier : l’histoire de la maîtrise du temps par l’homme

Alternatives au calendrier classique adaptées aux envies de chacun

Saints célèbres de notre calendrier : entre tradition et religion

Fêtes majeures du calendrier : religions et événements historiques