Minuteur pour calculer l’écoulement du temps

Parmi les outils de mesure du temps d’antan, le sablier fait figure de premier minuteur relativement précis. Plus efficace en effet que la clepsydre, ce chronomètre médiéval permet de comptabiliser l’écoulement du temps.

Les origines du sablier comme outil de mesure du temps

Le sablier, dont la conception remonterait au Xe siècle, s’est démocratisé au cours du Moyen-Âge. Il représente une évolution de la clepsydre. Cette dernière se compose de deux récipients, le liquide s’écoulant d’un trou du premier permettant d’indiquer le temps écoulé. La démocratisation du sablier a été favorisée par sa précision supérieure à celle de la clepsydre. Composé initialement de deux ampoules en verre reliées par un tube, il sera ensuite réalisé en une pièce en verre d’un seul tenant resserrée en son centre. Les marins ont largement contribué au développement du sablier au XIIIe siècle, plus précis et maniable que la clepsydre, ce qui les rend courants au XIVe siècle.

sablier

Modernisation avec le sablier paradoxal et le sablier magnétique

Si l’utilisation du sablier, véritable symbole de l’écoulement du temps, a régressé avec le développement technique et l’apparition des chronomètres et minuteurs, celui-ci reste présent dans certains jeux de société et en cuisine. Tant et si bien que de nouvelles versions en sont proposées. Le sablier paradoxal, doté d’un design résolument moderne, est un sablier inversé : l’écoulement s’effectue vers le haut. Le temps s’écoule ainsi dans le sens contraire à la gravité à laquelle tout un chacun est habitué. Des billes colorées remontent le liquide transparent dans lequel elles sont plongées. Le sablier magnétique se veut classique dans son style, mais contient de la limaille de fer pour sable. La base sur laquelle cette dernière s’écoule comprend un aimant. Ainsi, « le sable », en s’écoulant, crée de véritables sculptures… éphémères jusqu’au prochain retournement.

La différence mathématique de ce minuteur avec la clepsydre

Si les objets se ressemblent en reposant sur le principe de l’écoulement, celui de l’eau et du sable ne répondent pas aux mêmes lois mathématiques, ce qui explique leur différence de précision. La clepsydre repose sur la loi de Torricelli, qui tient compte de la hauteur d’eau restante, faisant varier la vitesse d’écoulement du liquide. Le débit d’un sablier, quant à lui, suit la loi de Beverloo et ne nécessite pas la prise en compte du sable restant dans la vitesse d’écoulement.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Cadran solaire comme horloge : mesure du temps des temps jadis

Clepsydre comme horloge : Mesure du temps des temps autrefois

Horloge à encens pour minuterie utilisée autrefois

Bougie graduée pour réveil : technique ancienne pour évaluer le temps