Le cycle luni-solaire jongle avec le soleil et la lune

Le peuple samaritain suit à la fois le rythme du soleil et celui de la lune. Il fonctionne donc selon un calendrier luni-solaire. La structure de ce calendrier est influencée par le cycle de Meton et par le pentateuque (les cinq premiers livres de la bible). Ce dernier est à l’origine de la dénomination des mois.

cycle meton

Dix-neuf années rythmées grâce à Meton

Le calendrier samaritain commence le jour où le peuple d’Israël est entré en terre sainte, soit environ seize siècles avant Jésus-Christ. Il fonctionne sur un système luni-solaire, qui combine le cycle solaire pour les années et le cycle de la lune pour les mois. Pour faire correspondre ces deux méthodes de calcul, on utilise le système mis au point par l’astronome grec Meton, avec des mois intercalaires. On ajoute sept mois sur une période de dix-neuf ans. Ainsi, un cycle métonique comprend des années de douze mois et d’autres de treize mois.

 La structure du calendrier samaritain

Dans le calendrier samaritain, la journée commence au coucher du soleil. La semaine débute le dimanche et compte sept jours. Ces derniers n’ont pas de nom, mais simplement des numéros allant du jour 1 au jour 7. Le jour 6 est le jour du shabbat. Les mois commencent à la conjonction entre le soleil et la lune. Ils alternent entre 29 et 30 jours, afin de se caler sur le cycle lunaire qui dure 29,53 jours. Ils sont aussi désignés par un nombre, de 1 à 12 ou 13. Les sept années à 13 mois du cycle métonique ne sont pas fixes, mais déterminées par un calcul secret. Seules les autorités religieuses samaritaines connaissent ce secret.

Une gestion du cycle luni-solaire qui varie selon les peuples

Le calendrier fait partie des spécificités qui distinguent le peuple samaritain du peuple juif. Ainsi, les années de treize mois du calendrier hébreu sont les 3e, 6e, 8e, 11e, 14e et 18e du cycle métonique. De même, pour les juifs, le Yom Kippour et Souccot ne peuvent pas tomber le jour avant ou après le shabbat. Pour y remédier, des jours peuvent être ajoutés au mois concerné. Pour les samaritains, cette règle ne s’impose pas, et ces célébrations peuvent avoir lieu le jour du shabbat.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Calendriers chinois, juif et indien: 3 calendriers luni-solaires

Calendrier japonais contemporain, un héritage du système luni-solaire

Une vie au rythme du calendrier luni-solaire pour les Tibétains