Les coutumes de l’union maritale hébraïque sont très codifiées

En tant que cérémonie sacrée à caractère hautement symbolique, le mariage juif doit impérativement s’effectuer suivant des rituels très spécifiques. Ces coutumes sont codifiées et s’appuient sur la Torah. Elles sont à respecter à la lettre pour valider l’union maritale hébraïque. Nombreuses et complexes, elles nécessitent un décryptage et une véritable préparation.

En amont : des rituels symboliques de purification

Chez les Juifs pratiquants, le mariage est une étape fondamentale. Il est l’occasion de confirmer une foi, mais surtout d’inscrire son foyer dans la famille d’Israël. Le premier des rituels est celui de la Mikvé ou bain nuptial. Il doit être effectué par la femme 48 h avant le mariage, et consiste en une immersion du corps dans une eau purificatrice. La veille de la cérémonie, les futurs conjoints se rendent à la synagogue pour y effectuer une lecture de la Torah, en compagnie du rabbin. Le jour de l’union religieuse, les futurs conjoints jeûnent jusqu’à la cérémonie.

Mariage juif : les étapes symboliques du jour J

Coutumes juives de mariage

Le fiancé entre le premier et se place sous le dais nuptial ou houppa. Pourvu d’une petite calotte appelée kippa, il se recouvre la tête du tallith, une écharpe de soie, et récite des prières. C’est ensuite au tour de la mariée, voilée, de le rejoindre sous le dais. Le fiancé recouvre sa promise de son tallith, à la suite de quoi le rabbin prononce la bénédiction nuptiale. Chacun des conjoints boit une coupe de vin bénie par le rabbin. Ce dernier lit ensuite la ketouba ou acte de mariage. L’homme passe l’alliance à l’index de son épouse en lui déclarant : « par cette bague, tu m’es consacrée sous les lois de Moïse et d’Israël ».

Après le chant des sept bénédictions, les conjoints signent la ketouba et le marié brise un verre en souvenir de la destruction du temple d’Israël. Les jeunes époux s’isolent alors un bref instant pour rompre le jeûne, puis l’assistance leur souhaite en chœur bonne chance : « Mazel Tov ». Traditionnellement, les sept jours qui suivent sont consacrés à fêter les mariés, et ce n’est qu’au terme de cette semaine qu’ils partent en voyage de noces.

Le sens de l’union maritale hébraïque

Chez les Juifs, le mariage signifie la fusion de deux âmes en une seule : celle du couple. C’est la raison pour laquelle on y observe de nombreux rites et codes symboliques : ils mettent l’accent sur l’engagement des futurs conjoints l’un à l’égard de l’autre.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Quels sont les préparatifs spécifiques dans le cas d’un mariage juif ?

Prise de contact avec un rabbin pour un mariage juif