Décryptage de la tradition nuptiale en Islam

La tradition musulmane conçoit le mariage comme une étape clef dans la vie spirituelle de ses pratiquants. Contrat passé librement entre un homme et une femme, il les engage à une assistance mutuelle. En Islam, les festivités nuptiales succèdent à la cérémonie religieuse, mais n’ont aucun caractère sacré ni impératif. Pour bien comprendre la symbolique de ces coutumes, un décryptage s’impose.

La célébration du mariage musulman 

Coutumes du mariage musulman

Le plus souvent, le mariage religieux ou Nikâh est assuré par un imam, mais l’Islam autorise n’importe quel Musulman pieux à l’encadrer. La célébration commence traditionnellement par la récitation en arabe d’un sermon appelé Khoutbah. Il inclut des louanges à Allah, appelle la bénédiction du prophète Mahomet et renvoie à des passages du Coran. Vient ensuite le moment central de la célébration religieuse : l’échange des consentements. L’imam demande au tuteur de la femme si elle souhaite épouser l’homme qui fait la demande en mariage. En cas d’approbation, il interroge à son tour le futur marié. Après un rappel des conditions conclues entre les familles concernant la dot ou Mahr, le mariage est prononcé, suivi de quelques invocations en faveur des nouveaux mariés.

Après le mariage religieux, place aux festivités !

Le prophète Mahomet invite à sortir de la mosquée au son de tambourins, qu’il est possible d’accompagner de chants, à condition qu’ils soient « licites ». Il arrive très souvent pourtant que le mariage ne se tienne pas à la mosquée, mais à domicile. Vient ensuite le Walimah ou banquet très festif, auquel assistent les membres de la famille ; le Coran prévoit que les indigents puissent être accueillis aux réjouissances. Ces dernières ne doivent pas avoir un caractère ostentatoire, par bienséance et respect de tous. Il est d’ailleurs très bien vu de convier aux festivités des personnes démunies. La fête s’étend sur un à deux jours, au cours desquels la femme change sept fois de tenue.

La tradition des festivités nuptiales varie en fonction de la culture

Puisque l’Islam n’inclut pas véritablement de règles en matière de festivités, ces dernières sont plutôt associées à la culture des conjoints. On y retrouve de nombreuses danses, de la musique et des chants, joints à des jeux. De façon générale, un mariage dans la tradition musulmane occasionne d’importantes dépenses.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Quelques repères pour préparer au mieux votre mariage musulman

Devons-nous contacter un imam pour célébrer notre mariage musulman ?