Les suites psychologiques de l'accouchement

Devenir une mère est pour beaucoup un événement majeur dans une vie, si ce n’est le plus beau jour dans la vie d’une femme. Cependant après la naissance et passé le Jour J, de nombreuses mamans ressentent un baby blues voire un post-partum dans certains cas, dont les séquelles physiques et psychologiques sont parfois compliquées à gérer. Afin de gérer ce stress et cette angoisse qui surviennent après un accouchement, un suivi régulier et un accompagnement extérieur semblent indispensables.

psychologie après naissanceLes conséquences physiques d’un accouchement et ses répercussions

L’accouchement représente pour la gent féminine un bouleversement. Outre les changements physiques qui surviennent tout au long des 9 mois de grossesse, l'acccouchement a tout aussi un versant psychique à connaître. Vais-je être à la hauteur pour éduquer mon enfant ? Suis-je capable de prendre soin de mon bébé ? Comment concilier vie personnelle et vie professionnelle avec l’arrivée d’un nourrisson dans la famille ? Autant d’interrogations pour les mamans dont c’est la première naissance qui soulèvent stress, anxiété et angoisse.

Tout d’abord il existe des suites physiologiques à la naissance du bébé, qui sont nommées suites de couche. Des lochies (saignements) surviennent en effet immédiatement après une naissance, et sont la conséquence naturelle du rétrécissement de l’utérus dû au « retour à la normale » du corps.

Des saignements peuvent ainsi s’étendre pendant un délai d’environ 3 semaines avec dans les 4 premiers jours de la naissance des saignements rouge vif abondants, qui redeviennent rose clair ou jaune pâle au bout du dixième jour. Pas de stress ni de craintes inutiles donc, tout cela est parfaitement normal et n’est que la conséquence post-natale qui vise à éliminer les caillots sanguins encore restés dans l’utérus. Afin de pallier les inconvénients de ces saignements et en attendant le retour des règles du cycle menstruel, des serviettes hygiéniques voire des slips jetables permettent un confort non négligeable.

Une incontinence urinaire, des contractions parfois douloureuses, une constipation peuvent parfois survenir après un accouchement. Encore une fois pas d’affolement et un peu d’activité physique peut remédier à ces problèmes. Les spécialistes conseillent en effet aux jeunes mamans de ne pas s’attarder au lit et de pratiquer une marche régulière. Le port de bas de contention est également recommandé afin d’améliorer la circulation sanguine et d’éviter une éventuelle phlébite. Boire beaucoup d’eau et consommer régulièrement des aliments riches en fibres aident également à retrouver un état de santé stable.

Le traumatisme de l’accouchement et ses effets psychologiques

Le baby blues est la conséquence psychologique d’un accouchement, qui peut survenir dans les premières semaines. Les symptômes sont alors relativement évidents à identifier, et vont de la mélancolie aux sautes d’humeur, en passant par la perte d’appétit, des difficultés de concentration et des insomnies. Réaction psychologique normale après le stress de l’accouchement, les conséquences d’un baby blues ne sont pas à négliger mais il convient de ne pas s’en alarmer pour autant. Toutes les mamans deviennent hypersensibles après un accouchement et peuvent perdre parfois le contrôle de leurs émotions. Passant souvent du rire aux larmes, les jeunes mères doivent alors prendre conscience que le baby blues n’est pas une maladie et survient même fréquemment. Ne pas se sentir seule aide ainsi considérablement à surmonter cette étape difficile à vivre, l’aide du conjoint, de la famille et des amis est alors primordiale.

Un baby blues classique survient en effet dans les 3 à 10 jours à la suite d’un accouchement, et ne présente pas de gravité sauf s’il dépasse plus de deux semaines ou s’aggrave. Différent de la dépression, si toutefois les symptômes persistent au-delà de 15 jours, il convient de consulter un spécialiste pour en déterminer les causes exactes. A contrario, il arrive que les femmes qui ne ressentent absolument pas les effets de ce baby blues s’inquiètent. Il peut en effet arriver que ne ressentant pas les effets psychologiques d’une naissance, celles qui ne sont pas sujettes au stress postnatal s’alarment. Instinct maternel, culpabilité vis-à-vis du nourrisson, autant de questions qui génèrent une anxiété. Là encore il faut positiver et s’entourer de personnes extérieures pour gérer au mieux cette étape et avoir un œil objectif. La communication est ainsi essentielle, et un dialogue constructif peut résoudre de nombreux problèmes.

Du repos et des vacances bien méritées peuvent résoudre de multiples soucis. Pourquoi ne pas en profiter pour partir en cure thalasso et se faire chouchouter pendant quelques jours ? Soins bien-être, méditation, du temps pour soi, sont autant de solutions idéales pour se sentir bien dans sa tête et dans son corps. L’importance de la relation mère-enfant est également un facteur à prendre en compte, c’est alors le moment pour profiter d’une activité ludique comme les « bébés nageurs » et faire ainsi plus ample connaissance avec cet être que l’on a porté 9 mois.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Premiers moments avec Bébé : tout savoir

Signes de l'accouchement imminent

Naissance : Le guide pour tout savoir sur le Jour J