Les différents types d'accouchements

Vous êtes impatiente ou vous appréhendez peut-être le déroulement de l'accouchement ?
Vous n'êtes pas la seule, la majorité des futures mères sont excitées voir anxieuses à l'approche du grand jour et à l'idée de donner naissance à leur enfant.Une bonne préparation à l'accouchement passe par la connaissance des principales méthodes pour donner naissance, afin de mieux vous préparer, voici un aperçu des différentes méthodes pour accoucher.

Zoom sur les différentes façons d'accoucher

types accouchementsSi l'accouchement par voie naturelle s'avère être le plus courant, il existe d'autres méthodes pour mettre au monde son enfant. Certaines sont issues de choix personnels d'autres sont expressément prescriptes pour des raisons de santé.

Parmi ces différentes méthodes, on retrouve l'accouchement sous anesthésie péridurale pour atténuer la douleur (de plus en plus plébiscité), l'accouchement par césarienne lorsqu'il est prescrit, mais également des façons plus originales d'accoucher telle que l'accouchement à domicile, l'accouchement dans l'eau ou encore l'accouchement sous hypnose.

L'accouchement naturel par voie basse

Cette méthode est assez imprévisible, car vous ne savez pas exactement quand vous allez devoir vous rendre à la maternité. Les signes avant-coureurs se présentent de la manière suivante : des pertes de sang ou du bouchon muqueux, des contractions douloureuses et régulières, d'un intervalle de vingt minutes, et enfin la perte des eaux.

Lorsque vous arrivez sur place, une sage-femme vous fera des examens, elle mesurera votre tension artérielle, analysera votre urine et la température, et effectuera un toucher vaginal pour confirmer le début du travail. L'accouchement se déroulera ensuite en quatre étapes bien distinctes :

L'accouchement déclenché

Il arrive parfois que, selon des indications médicales, vous devrez faire face à un accouchement déclenché. Cette situation est due au dépassement du terme, qui peut être très dangereux pour le bébé, car, au-delà du neuvième mois de grossesse, le placenta n'assure plus ses fonctions.

La surveillance de la mère et de l'enfant est alors plus importante qu'un accouchement naturel. D'autres facteurs poussent les jeunes mères à y avoir recours : selon des raisons personnelles, comme le travail, une organisation du planning de la maternité, ou encore le souhait de la mère à vouloir accoucher un jour particulier, sous l'accord de son médecin.

Deux techniques sont utilisées pour un accouchement déclenché

Ce procédé permet de surveiller plus particulièrement la naissance, et vous rassure : vous n'aurez ni de perte des eaux arrivant subitement, ni de contractions pendant vingt-quatre heures. Le seul inconvénient qui pourrait subvenir lors de cet accouchement est que votre col ne soit pas assez ouvert, ce qui a pour conséquence la pratique d'une césarienne.

C'est aussi une naissance contrôlée, et donc moins spontanée puisque vous saurez exactement à quel jour votre enfant naîtra. Moins de magie dans ce cas !

L'accouchement par césarienne

C'est une intervention chirurgicale importante, qui se fait soit sous anesthésie générale, soit locale. Le bébé sortira par une incision de l'abdomen, opérée par le médecin.

Cette pratique peut se faire en urgence : votre enfant devant être mis au monde rapidement, ou parce que vous saignez beaucoup, qu'il soit mal positionné, trop gros ou trop maigre, que votre bassin est trop étroit, que vous êtes en hypertension ou que vous ayez une anomalie du placenta. La césarienne vous concerne aussi si vous attendez des jumeaux ou une grossesse multiple, si vous avez un herpès génital.

Si vous souhaitez un accouchement programmé, la césarienne est aussi un moyen, comme l'accouchement déclenché. Cependant, le père ne peut pas être présent lors de l'accouchement par césarienne, vous ne pourrez allaiter votre enfant seulement dix heures après, et le séjour à la maternité est plus long, comptez cinq à sept jours.

Vous devez également attendre une année avant de retomber enceinte, afin que votre ventre cicatrice correctement.

Vous pourrez faire au maximum quatre césariennes au total, qui ont des avantages, comme des inconvénients.

L'accouchement sous péridurale

Dans le but d'atténuer la douleur des contractions, et vous soulager lors de l'accouchement, la péridurale sert d'anesthésie locale, qui s'insère dans le dos, et vous permettra d'assister sereinement à la naissance de votre enfant.

Plus de la moitié des femmes ont recours à cette technique, à effet rapide, diminuant la douleur au bout d'un quart d'heure, une demi-heure tout au plus. La péridurale est utilisée lorsque vous êtes dans les cas suivants : une grossesse multiple, contrôler votre accouchement, le bébé dans une mauvaise posture.

Néanmoins, cela peut compliquer le travail au lieu de le faciliter, car cela vous prive de la sensation de contrôle, et certaines femmes n'arrivent plus à pousser pour extraire l'enfant.Vous devez préalablement rendre visite chez un anesthésiste si vous avez des problèmes sanguins, et selon la douleur lors de l'accouchement, vous pouvez le demander, sauf si votre col est déjà dilaté à six ou sept centimètres.

La péridurale est encore en progression : aujourd'hui, vous pouvez opter pour la « péridurale déambulatoire », vous êtes en position debout pour accoucher, ou encore la « péridurale auto-dosée », comme son nom signifie, vous pouvez actionner l'anesthésie lorsque la douleur est trop forte.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Accoucher différemment les avantages et précautions à prendre

Cours méthodes de préparation à la naissance : comment choisir ?

Tout savoir sur le séjour à la maternité