La diversification alimentaire et les allergies

Dès que le lait ne suffit plus pour couvrir les besoins nutritionnels, il est temps de commencer la diversification alimentaire. Grâce aux progrès scientifiques et évolutions de la médecine en la matière, nous avons appris beaucoup sur l'alimentation du nourrisson  et notamment sur les risques d'allergies liées à une diversification  précoce...ou trop tardive. Par ailleurs nous connaissons de mieux en mieux les aliments allergènes qu'il faut surveiller lorsque ces derniers sont introduits progressivement de manière à pallier à toute mauvaise réaction de l'enfant.

Ce que vous devez savoir sur les aliments allergènes

allergies alimentairesRappel sur la diversification de l'alimentation de bébé

La diversification alimentaire consiste en l'introduction progressive d'autres aliments que le lait dans le repas des enfants en bas-âge. Ce changement ne doit pas être trop précoce ni trop complet afin que l'alimentation reste bassée sur bonne quantité de lait. Les produits laitiers demeurent essentiels pour couvrir les besoins en calcium, en fer et en acides gras essentiels. Ces oméga 3 pourront par la suite être assuré par l'intégration du poisson dans l'alimentation.

Si le calcium parvient à manquer, la croissance osseuse serait défaillante. Quant au fer, il se montre indispensable dans la défense anti-infectieuse. Dans le cas d'une carence, les infections ORL risquent de survenir fréquemment chez le jeune enfant. Enfin l'alimentation du bébé doit comporter des acides gras essentiels pour favoriser un développement optimal des structures cérébrales.

Ainsi, réussir la diversification alimentaire revient à dire que la consommation de lait passe de 500 ml à 750 ml par jour jusqu'à un an sans réduire les apports en acides gras essentiels, en calcium et en fer. La diversification ne doit pas non plus être trop riche en protéines, en sodium ou en saccharose.

Remises en question sur la diversification alimentaire

Retarder la diversification alimentaire crée une controverse ennuyeuse pour la majorité des parents, car retarder l'introduction des aliments allergènes représente un risque accru de réduire les anticorps et d'augmenter par conséquent les risques d'intolérance.

Il a longtemps été préconisé de ne pas commencer la diversification alimentaire trop tôt au risque de développer des allergies. En effet jusqu'aux cinq premiers mois de la vie, les nourrissons devaient consommer exclusivement du lait et il est même encore recommandé d'attendre davantage si l'un des parents est intolérant à certains aliments.

Pourtant ces mesures n'ont pas empêché le développement des allergies alimentaires et autres intolérances. Désormais, les pédiatres sur la diversification alimentaire s'accordent à autoriser des aliments un peu avant car les connaissances sur la maturation de l'appareil digestif du nourrisson sont aujourd'hui plus précises. De plus, l'industrie alimentaire spécialisée pour les bébés a fait de réels progrès en matière de qualité nutritionnelle.

Il est donc possible de commencer l'introduction de l'alimentation solide dès quatre mois révolus pour couvrir les besoins énergétiques de bébé, y compris pour les enfants ayant des parents, un frère ou une sœur allergique.

Si les habitudes changent, toutefois les bonnes pratiques restent les mêmes. Lors de la diversification, il est fortement recommandé d'introduir un seul aliment allergène à la fois dans le repas de bébé, de manière à pouvoir isoler facilement l'aliment responsable en cas de réaction allergique de l'enfant.

Liste non exhaustive des aliments réputés allergènes

Une allergie alimentaire est caractérisée par un système immunitaire qui réagit de manière excessive à l'introduction d'un aliment en particulier. La réaction n'est pas forcément immédiate, elle peut apparaître au cours de la première année de vie de bébé. Voici les aliments considérés comme les allergènes responsables de la majorité des intolérances alimentaires :

Cependant cette liste d'aliments allergènes ne doit pas constituer une sorte de black list dans l'alimentation des enfants en bas-âge , mais simplement une liste d'aliments à mieux connaître pour mieux décider du moment de leur introduction et pour mieux observer la réaction de son enfant.

Effet protecteur d'une diversification alimentaire précoce ?

La question est très délicate mais il est de plus en plus admis qu'une exposition précoce à divers aliments allergisants limite la sensibilisation en raison des mécanismes mis en place par le système immunitaire. En effet, il a été démontré qu'introduire du poisson avant six mois réduit le risque d'asthme ou de rhinite allergique. Il en serait de même pour l'œuf cuit. Un bébé aurait plutôt intérêt à le découvrir entre l'âge de quatre et six mois pour éviter une réaction allergique.

Gardez bien en tête cependant la règle d'intégration que nous avons évoquée plus haut : ajouter un seul de ces aliments controversés à la fois et toujours en petite quantité afin de détecter la moindre réaction. Il est également conseillé de bien cuire l'aliment en question pour diminuer son potentiel allergénique.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Avis des pédiatres sur la diversification alimentaire

Avis des grand-mères sur la diversification alimentaire

Diversification alimentaire selon les cultures

Comment faire la diversification alimentaire avec le poisson ?

Quand introduire la viande dans l'alimentation de son enfant ?