Comment faire face aux pleurs du nourrisson ?

Etant le seul moyen à dispoition du nouveau-né pour communiquer, les pleurs de bébé sont tout ce qu'il y a de plus naturel. Il n'empêche qu'il n'est jamais facile d'entendre son bébé pleurer, dans certains cas les lamentation du nourrisson sont même insoutenables pour les parents. Certains d'entre eux interviennent systématiquement lorsque bébé pleure, d'autres misent beaucoup sur l'auto-consolation : deux attitudes opposées qui constituent un vif débat. Faut-il laisser bébé pleurer jusqu'à ce qu'il se console seul ou faut-il intervenir parce que bébé a besoin de vous ?

Intervention systématique ou Auto-consolation ?

pleurs bébéIl n'est pas simple de se faire une idée claire faces à toutes ces théories opposées. Les études vont tantôt dans un sens et tantôt dans l'autre. Ce qui nous amène tout de même à une notion essentielle : l'instinct parental. La décision revient à vous, les parents, et personne d'autre. Alors avant de faire votre choix, voici quelques clés pour mieux comprendre cette opposition des extrêmes.

Pourquoi ils insitent sur la nécessité de l'auto-consolation ?

La plupart des parents trouvent très compliqué, voire impossible, d'entendre leur bébé pleurer. L'instinct de tout parent est de se ruer vers l'enfant pour le consoler et essayer de comprendre ce qui ne va pas. Pourtant, des forums sur internet, des mères expérimentées et même des puéricultrices recommandent vivement de ne pas se précipiter systématiquement auprès du nourrisson en pleurs.

Cette théorie et cette pratique mettent en avant qu'il faut laisser pleurer l'enfant pendant un certain temps avant de réagir. Le but de l'opération serait de rendre l'enfant autonome, qu'il s'endorme tout seul pour que son sommeil soit de meilleure qualité et que les parents soient moins stressés et sollicités. En effet, les défenseurs de la méthode insistent notamment sur la pression que vivent les parents d'un nourrisson. Ce stress, complété d'un manque de sommeil, peut rapidement se transformer en dépression, notamment chez la mère. Or, laisser le bébé se calmer tout seul permettrait un certain apaisement des parents et l'installation facilitée d'une routine de sommeil, saine pour l'enfant.

Les vives critiques contre cette méthode

Ce choix de parentalité est loin de faire l'unanimité. Des parents soulignent en effet les dangers d'une telle méthode d'éducation. Pour eux, la logique voudrait que les pleurs d'un bébé signifient systématiquement un besoin chez l'enfant. Le laisser pleurer reviendrait alors à ne pas prêter attention à ses besoins. Finalement, intervenir ne signifie pas céder aux pleurs de bébé mais répondre à son besoin.

Il a été dit que cette technique causait des problèmes sur le long terme : elle serait responsable d'une relation distante entre les parents et l'enfant quand ce dernier grandit. Elle aboutierait par ailleurs à un manque de confiance en soi chez l'enfant grandissant. Il faut noter toutefois que les critiques de l'auto-consolation sont souvent d'origine émotionnelle, bien que parfois complétées par des études scientifiques.

Un choix difficile à faire

Dans cette opposition frontale entre les tenants de la méthode et ses détracteurs, il est difficile pour les parents de prendre une décision. L'instinct des parents peut être également la solution à privilégier et tous les pleurs du nourrisson n'ont pas la même signification. Dans certains cas il est évident qu'une intervention parentale est nécessaire, quand bébé fait face à une douleur par exemple, ou une situation d'inconfort.

Pour les autres situations, vous pouvez également demander conseil à votre entourage ou à votre médecin, mais sachez que la vérité n'est pas arrêtée et absolue.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Hygiène de bébé : Quelques conseils pour super maman

Recueil des bons gestes pour biens s'occuper de son bébé

Coliques : Trucs et astuces pour soulager son bébé

Cododo : les premières nuit avec son bébé...

S'occuper d'un bébé prématuré

Conseils pour s'organiser avec des jumeaux, triplés