Le transfert d’embryons sous couvert médical favorise la nidation

Fécondation in vitro

La Fécondation In Vitro (FIV) est une des solutions médicales d’aide à la conception. Cette méthode consiste à reproduire en laboratoire ce qui doit se passer naturellement : la rencontre des gamètes puis le développement embryonnaire. Les embryons obtenus sont ensuite transférés dans la cavité utérine, où ils pourront alors effectuer leur nidation.

Les premières étapes d’une Fécondation In Vitro : stimulation et culture

La stimulation ovarienne :
Cette stimulation des ovaires se fait par injection hormonale au troisième jour du cycle. Lorsque la maturation folliculaire est suffisante, une autre hormone est injectée pour déclencher l’ovulation : celle-ci aura lieu de 37 à 40 heures après l’injection.

La fécondation des gamètes :
Après un délai d’abstinence sexuelle obligatoire de 2 à 6 jours, le sperme est prélevé et les spermatozoïdes sont cultivés puis sélectionnés selon leur aspect et vigueur.
Les ovules sont ponctionnés le même jour par voie transvaginale ; l’intervention nécessite une hospitalisation de jour avec anesthésie locale.
Les ovules sont ensuite inséminés avec les spermatozoïdes du conjoint ou avec ceux d’un donneur anonyme si cela est nécessaire.

La dernière étape d’une Fécondation In Vitro : le transfert embryonnaire

Après 48 heures d’incubation, les œufs ont commencé leur division cellulaire et sont triés en fonction de leur qualité, avant d’être implantés in utero (dans l’utérus), ou bien congelés en vue d’une FIV ultérieure.

Le transfert embryonnaire est de plus en plus pratiqué cinq jours après la fécondation, car les embryons à ce stade (blastocystes) ont un meilleur taux d’implantation.

En général, cette intervention indolore s’effectue par l’introduction d’un cathéter très fin dans l’utérus en passant par le col cervical.

Afin d’éviter les grossesses multiples et risquées, le nombre d’embryons transférés dans l’utérus est limité le plus souvent à 2 avant 35 ans, à 3 avant 40 ans.

Qu’en est-il des embryons surnuméraires ?

Les embryons créés, mais non implantés sont, soit détruits, soit congelés pendant 5 années au maximum pour être utilisés ultérieurement.
Ils peuvent également être donnés à d’autres couples ou à la recherche.
Des questions éthiques peuvent se poser, car les embryons n’ont pas de statut juridique défini, et peuvent donc être moralement considérés comme des êtres humains.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

L’insémination artificielle, une méthode au secours de la stérilité