Les Congés de maternité

congés maternitéLes congés de maternité font partie des droits de la future maman. La durée de ces congés pour les femmes salariées dépend du nombre de naissances attendues ainsi que du nombre d’enfants vivants déjà au foyer. Le congé de maternité ne doit pas être confondu aux autres autorisations d'absence pendant la grossesse.

La future maman salariée peut suspendre son contrat de travail pendant une durée déterminée qui se présente ainsi suivant le nombre de naissances prévues.

Naissance d'un enfant : 6 à 8 semaines pour le congé prénatal (avant accouchement) et de 10 à 18 semaines de congé post-natal (après accouchement).

Naissance de jumeaux : 12 semaines de congé prénatal et 22 semaines de congé post-natal.

Naissance de trois enfants et plus : 24 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après l’accouchement.

Anticiper son départ en congé de maternité

La salariée peut anticiper le point de départ de son congé prénatal de 2 semaines maximum lorsqu’elle attend un seul enfant si elle a déjà au moins 2 enfants à charge. Le congé post-natal est alors réduit d’autant. Cette durée peut atteindre 4 semaines au maximum lorsqu’elle attend des jumeaux.

A noter qu’en aucun cas, une femme ne peut être employée durant une période de 8 semaines au total avant et après l’accouchement, dont obligatoirement 6 semaines après l’accouchement.

Dans la mesure où la grossesse se passe normalement, aucun métier n’est vraiment contre-indiqué. Cependant, la législation a visé la protection des femmes enceintes ainsi que leur enfant à toute exposition d’un risque probable, c’est le cas notamment des personnels de la santé ou des médecins qui sont dans la radiologie ou qui manipulent des produits chimio-thérapeutiques.

Lorsque la position de travail devient pénible, la salariée peut demander à changer ou à aménager son poste. Pour cela, l’employeur demandera généralement l’avis du médecin du travail.

Par ailleurs, et dans certaines professions, les futures mamans peuvent diminuer leur temps de travail si leur convention collective le permet, il s’agit surtout des femmes qui travaillent de nuit ( les serveuses par exemple) et qui peuvent être fragilisées durant la grossesse par la nature de leur métier en étant debout tout au long de la journée ou par manque d’heures de sommeil.

En cas de grossesse pathologique, des congés dits pathologiques se surajoutent au congés maternité lorsque la grossesse présente des complications, une fatigue excessive de la mère. Leur durée ne peut pas excéder 14 jours et doivent précéder le congé maternité normal. Lorsque l'état de santé de la future mère le nécessite un simple arrêt de travail est alors remplit par le médécin ou le gynécologue.

Bon à savoir : A l'exception d'une faute grave, une femme salariée pendant son congé de maternité ne peut être licenciée par son employeur.


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Tout savoir sur les autorisation d'absence en période de grossesse