Les infections néfastes au souhait de tomber enceinte

maladies de la grossesse

Lors d’un projet de grossesse, certaines infections sont à surveiller de près. En effet, certaines maladies néfastes influencent la fertilité et retardent le moment de tomber enceinte, là où d’autres peuvent avoir des conséquences, plus tard, sur le fœtus.

Les maladies néfastes à la fertilité

Parmi les maladies à surveiller à l’occasion d’un projet de grossesse, il s’agit bien entendu de commencer par celles pouvant nuire directement à la fertilité.

Une infection vaginale ou une maladie inflammatoire non traitée peuvent ainsi remonter les voies naturelles et toucher les trompes de Fallope, canal de la libération de l’ovule. De même, les maladies sexuellement transmissibles telles que les infections à chlamydiæ provoquent une stérilité tubaire. Des examens gynécologiques réguliers permettent d’enrayer au plus tôt les conséquences de telles infections.

Les dérèglements hormonaux influent aussi sur le cycle menstruel, et donc la fécondité. L’hyperthyroïdie, mais aussi les variations hormonales suite à des changements de poids constituent autant de causes d’infertilité temporaire lorsqu’elles ne sont pas prises en charge.

Les maladies pouvant avoir des conséquences pendant la grossesse

Il apparaît par ailleurs capital, dans un projet de grossesse, d’établir un bilan avec son médecin sur les maladies pour lesquelles une immunité a déjà été développée ou non. En effet, certaines maladies présentent des conséquences graves pour le fœtus ou la future maman.

Du côté de la future maman, le diabète, l’hypertension artérielle, les dérèglements thyroïdiens constituent autant de risques, en fonction de leur évolution au cours de la grossesse. Du côté du bébé, contracter la rubéole, la toxoplasmose, la listériose ou même la rougeole peut conduire à de graves malformations in utero.

La vaccination préventive contre les infections

Une simple prise de sang permet au médecin d’établir l’immunité acquise, ou non, contre certaines maladies telles que la rougeole, la rubéole ou encore la varicelle. Lorsque celles-ci n’ont jamais été contractées, et si les vaccins ne sont pas à jour, rattraper ce retard avant la grossesse permet d’éviter toute prise de risque ultérieure pour le fœtus.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Préparer son corps en vue d’une future grossesse sereine et épanouie

Réussir à tomber enceinte : mythes et réalités

Projet de grossesse : le calcul de la date d’ovulation et les tests

Fertilité : quel est le meilleur moment ?