Le pittoresque et la nostalgie de dénominations associées à la Belle Époque et aux Trente Glorieuses

prenom 20 siecle

Avec leurs sonorités rétro, les prénoms datant du siècle dernier permettent à votre bébé de se distinguer facilement des autres enfants. Ils rassemblent des dénominations typiques de la « Belle Époque » ou des « Trente Glorieuses ». Leur signification souvent originale et pittoresque rappelle les liens étroits des individus avec la vie à la campagne ou la religion.

Des prénoms pour filles marqués par le classicisme

Emblématiques d’une société restée conservatrice(http://prenoms.famili.fr/,prenoms-de-1910-les-annees-de-la-grande-guerre,2347943.asp) malgré la Grande Guerre, les prénoms pour fille du début du XXe siècle sont associés fréquemment au catholicisme. Les plus populaires correspondent à « Marie », « Madeleine », « Jeanne » et « Gabrielle ». Ils se complètent de références à l’Histoire de France (« Louise », « Solange ») ou à la Nature (« Marguerite »). Ils perdurent jusqu’aux années 1960, marquées par la féminisation accélérée de nombreux noms de baptême réputés « masculins ». Les prénoms « Michèle », « Stéphanie », « Christiane », « Antoinette », « Françoise » et « Jacqueline » deviennent très répandus.

Chez les garçons, des prénoms du siècle dernier aux fortes influences religieuses

Pour les petits garçons, les prénoms présentent tout au long du siècle dernier un fort caractère religieux. « Jean » (et ses déclinaisons régionales comme « Yann » en Bretagne) se voit largement attribué aux côtés de « Jacques », « Pierre », « Georges », « Paul » et « Marcel » (dérivé de « Marc »). Les caractéristiques de la lignée paternelle expliquent aussi la diffusion de dénominations telles « Léon » (« le fort »), « Maurice » (« à la peau mate »), « Albert » (« noble »), « Bernard » (« puissant comme l’ours ») ou « Robert » (« glorieux »).

Une évolution majeure des dénominations à l’après guerre

L’attribution plus fréquente de prénoms composés, favorisée par le remplacement de l’espace entre 2 noms de baptême par un trait d’union, constitue l’une des évolutions majeures de la seconde moitié du XXe siècle. Les dénominations comme « Anne-Marie », « Marie-Thérèse », « Jean-Paul » et « Jean-Pierre » sont typiques de cette époque.

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Bébé est déjà une star ! Les prénoms issus de la culture du cinéma