Les processus d’aide à la conception sont strictement règlementés

solutions infertilité

Comme un couple sur sept, vous vous dites « Je ne peux pas avoir d’enfant ». Pour faciliter la conception, l’Assistance Médicale à la Procréation est une solution consistant à reproduire en laboratoire une partie des processus naturels de fécondation. L’AMP est une aide soumise à une loi bioéthique, qui définit précisément le cadre médical d’utilisation ainsi que les démarches pour en bénéficier.

À qui s’adresse l’assistance médicale à la procréation ?

L’AMP est une pratique encadrée par la loi 2004-800 du 6 août 2004. Son but est de « remédier à l’infertilité dont le caractère pathologique a été médicalement diagnostiqué ou d’éviter la transmission, à l’enfant ou à un membre du couple, d’une maladie d’une gravité particulière».

Actuellement, pour y avoir droit, « l’homme et la femme formant le couple doivent être vivants, en âge de procréer, mariés ou en mesure d’apporter la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans ».

Seuls les couples hétérosexuels chez lesquels une infertilité a été reconnue par un professionnel de santé peuvent avoir recours à l’Assistance Médicale à la Procréation. Généralement, ces techniques sont utilisées en cas d’échec ou d’impossibilité des traitements médicaux ou chirurgicaux.

Pour le moment, les femmes célibataires et les couples lesbiens ne peuvent prétendre à l’AMP en France. D’autre part, les femmes âgées de plus de 43 ans, même mariées, ne bénéficient plus de la prise en charge par l’assurance maladie.

Quelles sont les démarches à suivre pour bénéficier de cette assistance ?

Dans un premier temps, le couple doit consulter un médecin ou une équipe médicale dans un centre spécialisé et passer plusieurs entretiens, qui porteront notamment sur leurs motivations et qui visent ensuite à les informer sur les techniques d’AMP et ses conséquences.

Le couple bénéficie d’un délai de réflexion de 1 mois à l’issue du dernier entretien d’information et ce délai peut être porté à 2 mois en cas de situations complexes nécessitant l’aide de spécialistes (psychologues ou psychiatres par exemple). Le couple devra ensuite confirmer sa demande d’AMP par écrit auprès du médecin ou de l’équipe médicale.

La prise en charge par l’assurance maladie des actes d’AMP est de 100 % jusqu’au 43e anniversaire de la mère, et ce dans la limite d’une insémination artificielle par cycle (dans la limite de 6) et de 4 fécondations in vitro.

L'insemination

L’insémination est une des techniques de procréation médicalement assistée et consiste à introduire des spermatozoïdes dans les voies génitales féminines sans qu’il y ait de rapport sexuel. On distingue l’insémination artificielle avec sperme du conjoint (IAC) de l’IAD (Insémination Artificielle avec Don de sperme).

La fécondation in vitro

La Fécondation In Vitro (FIV) se fait dans un milieu de culture dont la composition est proche de l’environnement naturel de l’appareil reproducteur féminin. Les spermatozoïdes de l’homme (du conjoint ou d’un donneur) sont mis en présence de l’ovule en laboratoire, puis l’embryon est ensuite réimplanté dans l’utérus de la future mère.

 

 

 


Cet article vous a plu ? Partagez-le !


Articles à lire aussi :

Principales causes et éléments qui peuvent influencer l’infertilité

Pour l’adoption d’un enfant : quelle est la procédure à suivre ?

Faire-part pour annoncer son bonheur de l'adoption de votre enfant